From the Field »

Conjuguer est bien plus qu’un art ! 2e partie

June 10, 2014 – 10:42 am | Comments Off1,191 views

Collaboration spéciale de Nicole Brunet, enseignante et formatrice en didactique de la grammaire.
Conjuguer est bien plus qu’un art ! 1re partie

L’enseignement de …

Read the full story »
From the Field

Stories from teachers and students in our schools

Subject Areas

Languages, Social Science, Math, Science and Technology, Arts & Personal Development

Teaching and Learning

Learning theories in practice, educational approaches & structures for learning

Technologies for Learning

Technologies both good and bad - what to adopt, what to avoid

Reviews

Reviews of software, websites, books, materials, conferences and events

From the Field, Subject Areas »

Conjuguer est bien plus qu’un art ! 2e partie

June 10, 2014 – 10:42 am | Comments Off1,191 views

Collaboration spéciale de Nicole Brunet, enseignante et formatrice en didactique de la grammaire.

Conjuguer est bien plus qu’un art ! 1re partie

image_blogue_2

L’enseignement de la conjugaison remis en question

Ici et dans d’autres sociétés francophones, depuis déjà longtemps, des linguistes et des grammairiens se préoccupent des difficultés liées à la pédagogie de la conjugaison1. Leurs travaux et leurs propositions me permettent de présenter aux élèves des critères objectifs pour observer et comprendre un système de morphologie verbale désormais cohérent dans lequel on retrouve des régularités. Dans ce contexte, la présence de formes divergentes, principalement au présent de l’indicatif, ne compromet pas le modèle. L’absence de la terminaison -ez au présent de l’indicatif est l’unique transgression du verbe dire. La graphie des verbes être et avoir a évolué de telle sorte que des formes archaïques cohabitent nombreuses avec d’autres plus modernes et cependant, leur conjugaison à certains temps simples est semblable à celle des autres verbes.

Voici les notions qui font de plus en plus consensus parmi les chercheurs et les praticiens et sur lesquelles je base mon enseignement de la conjugaison.

Deux types de conjugaison

Le classement traditionnel des verbes, essentiellement basé sur la finale de l’infinitif, ne contribue pas à la reconnaissance de régularités morphologiques. Le classement en deux types de conjugaison est déjà présent dans des ouvrages de référence et manuels scolaires destinés aux francophones du Québec2. Il convient tout aussi bien aux apprenants d’une langue seconde.

Le premier type regroupe 90 % des verbes en français, ceux dont l’infinitif se termine par -er. Les néologismes s’y retrouvent (ex. : texter, retweeter). Les 10 % restants sont regroupés dans un deuxième type qui, comme le premier, se caractérise par un « comportement » morphologique similaire reconnaissable; terminaison au présent de l’indicatif ( -s,  -s,  -t,  -ons,  -ez,  -ent), présence fréquente de plus d’un radical et terminaison de la forme adjectivale, le participe passé, distincte du qui caractérise les verbes du premier type.

La présence d’un ou de plus d’un radical

L’observation de verbes des deux types de conjugaison permet aux apprenants de conclure que souvent un seul radical est requis pour conjuguer un verbe à tous les temps simples (ex. : aimer, chercher, mais aussi courir, attendre, répondre, vendre ou rire).

Les verbes qui requièrent plus d’un radical sont beaucoup moins nombreux. La forme de certains verbes du premier type de conjugaison subit un ajustement lié à l’orthographe dans des contextes précis. Ainsi, l’ajout du e ou de la cédille permet de retranscrire correctement un phonème consonantique (ex. : mangeais, rinçons). De la même manière, l’accent ou la consonne doublée permet de retranscrire une variation phonétique, une ouverture du phonème vocalique devant une consonne suivie d’un e muet (ex. : appelle, cède). Même si on note la présence de plus d’un radical chez de nombreux verbes du deuxième type de conjugaison, la grande majorité se conjugue à partir de deux ou trois radicaux. Cent verbes environ dont certains, il est vrai, parmi les plus fréquents, nécessitent quatre radicaux et plus, être en comptant le plus!

Au moment de l’acquisition du présent de l’indicatif, un temps où plus d’un radical est souvent présent, je privilégie des activités de classement dans lesquelles les élèves regroupent des verbes du deuxième type de conjugaison selon le nombre de radicaux observés.

Le radical demeure constant à toutes les personnes grammaticales aux temps simples de l’indicatif suivants: l’imparfait, le futur simple, le conditionnel présent et le passé simple. Par exemple, la conjugaison du verbe être au futur simple se résume à un seul radical, se-, auquel l’élève joint la terminaison appropriée.

Des terminaisons souvent universelles

C’est principalement la terminaison aux personnes du singulier du présent de l’indicatif et de l’impératif qui différencie les deux types de conjugaison. En effet, dans le cas d’autres temps à l’étude (l’imparfait, le futur simple, le conditionnel présent du mode indicatif ainsi que le présent du subjonctif et de l’infinitif), ils adoptent les mêmes morphèmes   (ex. : -rai,  -ras,  -ra,  -rons,         -rez, -ront pour le futur simple).

La mémorisation n’est plus une affaire de paradigme (ex. : je serai, tu seras, etc.) mais bien une question d’identification du radical approprié du verbe et de la terminaison propre à un temps de verbe et à la personne grammaticale.

Pas besoin de trucs ni de raccourcis

Dans le cadre de cette nouvelle façon de faire, certaines pratiques deviennent nuisibles à la découverte et à la compréhension d’un système cohérent. En effet, il serait contreproductif de demander aux élèves de remarquer la présence de l’infinitif dans un verbe conjugué au futur simple (ex. : chantera, finira). L’infinitif n’est pas utilisé dans la formation du futur simple. Ce truc empêche les élèves d’identifier correctement le radical et surtout la terminaison commune à tous les verbes conjugués au futur simple.

De même, demander aux élèves d’effacer le r de l’infinitif d’un verbe de la première conjugaison et d’ajouter un accent aigu sur le e pour former le participe passé ne contribue pas à l’appropriation du principe fondamental de construction d’une forme verbale à partir d’un radical auquel se joint une terminaison.

De la théorie à la pratique

Dans ma classe, la conjugaison est maintenant traitée de la même manière que les autres éléments de la grammaire; les connaissances des élèves se construisent à travers des activités d’observation, de classement, de mémorisation et de réutilisation. J’utilise des textes plus ou moins longs dans lesquels les élèves recherchent et observent des verbes en contexte et des tableaux de conjugaison pour une observation comparée des formes d’un verbe ou de groupes de verbes. Toutes ces actions contribuent à fixer davantage les apprentissages. Nous avons adopté un métalangage qui nous permet de discuter de conjugaison. L’épithète irrégulier n’y a pas sa place.

À suivre?


 entre autres Didactique de la conjugaison. Le verbe « autrement », Meleuc Serge, Fauchart Nicole, Éditions Bertrand-Lacoste, CRDP Midi Pyrénées, 1999; Pour un enseignement rigoureux et efficace de la grammaire, Chartrand S-G, Correspondance, Volume 16, numéros 2 et 3, 2011.

dont Grammaire pédagogique du français d’aujourd’hui, Chartrand Suzanne-G et al., GRAFICOR, 1999 (2e édition 2n 2010). 


L’auteure du billet

Née à Montréal, Nicole Brunet a étudié l’enseignement du français langue seconde à l’université McGill. Elle a œuvré dans divers milieux d’enseignement dont le secteur jeune de la Commission scolaire de Montréal où elle travaille présentement. Elle a participé à l’élaboration d’outils pédagogiques tels que des Situations d’Apprentissage et d’Évaluation ainsi que la Progression des apprentissages et lesPaliers pour l’évaluation du français du programme Intégration linguistique, scolaire et sociale au Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec. Elle propose depuis quelques années des formations sur la didactique des différents aspects de la grammaire rénovée, dont la conjugaison.

Vous pouvez lui écrire à l’adresse courriel suivante : nicolebrunet.gramm@gmail.com

GrEau: From School Project to Business Opportunity

June 3, 2014 – 12:28 pm | 3 Comments | 859 views
The GrEau Team: Teacher Chris Wong, Josh Boland, Benjamin Collier, Brandon Leon

 
One of LEARN’s online students, Benjamin Collier, shares his experience with a school project developed this year by a group …

Conjuguer est bien plus qu’un art !

May 27, 2014 – 11:37 am | Comments Off929 views

Collaboration spéciale de Nicole Brunet, enseignante et formatrice en didactique de la grammaire.

Lors du congrès de l’AQEFLS en avril dernier, j’ai …

It’s All About Creating

May 21, 2014 – 12:21 pm | Comments Off497 views

Last year I wrote a blog post about Maker Spaces. Many involved in the maker movement encourage the use of …

Celebrating the Journey: A Reflection on Learning from Experience

May 14, 2014 – 9:12 am | 2 Comments | 925 views

 I still find the word praxis daunting, humbling and inspiring. It is a challenge of putting theory into practice and …

An Inside Look at Using Twitter with Students: Our Third Twitter Chat

April 29, 2014 – 3:26 pm | 4 Comments | 1,811 views

 
This past week, the teachers, students, and principal of LearnQuebec’s online school had our third all-school twitter chat. Three is …

All Fun and Games: Gamifying a Language Classroom

April 10, 2014 – 12:03 pm | Comments Off2,296 views

In February, I attended a session at the LCEEQ conference given by Avi Spector on Gamification. I was skeptical, as …

POP goes the Portfolio: Digital portfolio in the POP Classroom

April 3, 2014 – 1:00 pm | Comments Off676 views

One of the main goals of schooling is to prepare students for a fulfilling life in the workplace, an often …

Geolocalize it: The global context of everything

March 26, 2014 – 9:25 am | Comments Off1,912 views

The idea for this blog post came to me after I presented a short webinar on the mapping and drawing …

Education for Sustainable Development: Life as a Pre-service Teacher, Part 2

March 17, 2014 – 9:03 pm | Comments Off1,237 views

This post is part of the Life as a Pre-Service Teacher series. You can read the first post in that …

To Code: Forward 2014

March 13, 2014 – 8:44 am | Comments Off1,398 views

I bought my first computer in 1983 – a Franklin Ace 1000. It had 64K of memory. It functioned with …