From the Field

Stories from teachers and students in our schools

Reviews

Reviews of software, websites, books, materials, conferences and events

Subject Areas

Languages, Social Science, Math, Science and Technology, Arts & Personal Development

Teaching and Learning

Learning theories in practice, educational approaches & structures for learning

Technologies for Learning

Technologies both good and bad - what to adopt, what to avoid

Parenting

The other educators in children's lives

Home » Subject Areas, Teaching and Learning

Interagir, c’est beaucoup plus que parler!

Submitted by on April 20, 2016 – 10:31 am | 1,033 views

Collaboration spéciale de Jean Provençal, conseiller pédagogique à la commission scolaire Eastern Townships. Jean a enseigné le français, langue seconde au secondaire pendant plus de 20 ans et a aussi contribué à la rédaction du programme de français langue seconde du Québec. Il partage maintenant ses connaissances et sa compréhension de l’enseignement avec ses collègues.

jeanDans nos programmes de français, langue seconde, la compétence Interagir constitue un élément central et mérite d’être comprise et considérée dans toute son amplitude d’où le titre de cet article, Interagir, c’est beaucoup plus que parler.

Nous avons souvent dans nos classes des élèves qui se débrouillent assez bien en français à l’oral. Lorsque placés en situation d’interaction, ces élèves ont tendance à ne pas faire beaucoup d’efforts, car ils croient savoir interagir alors qu’ils ne font que parler. Voyons à l’aide du programme comment mieux comprendre cette compétence et l’évaluer de façon plus éclairée.

La compétence Interagir touche essentiellement la capacité à échanger spontanément, à l’oral comme à l’écrit. Toutefois, il va de soi qu’échanger à l’écrit de façon spontanée est beaucoup moins fréquent. La compétence Interagir est essentiellement axée sur l’aspect social de la communication et constitue l’élément central du programme de base de français langue seconde, car son développement adéquat permet à l’élève de mieux s’intégrer à la société francophone que constitue le Québec tant sur le plan personnel que professionnel.

Interagir efficacement présuppose une série de réflexions et d’actions que nous devons prendre en considération autant au niveau de l’enseignement que de l’évaluation.

L’élève qui interagit doit :

  • tenir compte des éléments de la situation de communication[1]. Il comprend le rôle de ces éléments (destinateur, contexte, destinataire, message, code, support de communication) et comment ceux-ci ont une influence sur la communication elle-même;
  • être attentif aux propos de son ou ses interlocuteurs pour pouvoir y réagir adéquatement et solliciter leur participation;
  • ajuster constamment ses interventions tant au niveau du contenu que de la forme tout en respectant son intention de communication;
  • manifester un intérêt envers ses interlocuteurs et les valeurs sociales et culturelles qu’ils représentent;
  • bien se faire comprendre et s’exprimer avec clarté et cohérence[2] en portant une attention particulière aux éléments du langage oral.[3]

En tant qu’enseignants, nous avons eu à évaluer à maintes reprises des élèves qui conversaient. Selon la grille d’évaluation que nous avions à notre disposition, nous étions surpris, voire quelquefois un peu outrés, de constater que plusieurs de nos élèves réussissaient malgré le fait qu’ils apportaient peu à l’enrichissement de la discussion. Nos critères d’évaluation accordaient une plus grande importance aux éléments linguistiques aux dépens du contenu du message et de la démarche de l’élève.

Toutefois, il est possible et même souhaitable de favoriser, lors de l’évaluation d’interactions, l’application de deux ou trois critères seulement et en alternance, mettant ainsi plus en relief les forces et défis de chacun. C’est dans cette éventualité que plusieurs de nos élèves soi-disant habiles en français verront soudainement qu’ils ont du travail à faire à plusieurs niveaux pour bien interagirLe Contenu de Formation du programme comme indiqué dans les notes de bas de page offre des pistes d’exploitation pédagogique essentielles qui constituent des ressources que l’élève doit apprendre à mobiliser lorsqu’il interagit.

C’est lorsque l’élève sera conscient de toutes ses actions et qu’il en aura la pleine maitrise qu’on peut vraiment affirmer qu’il sait interagir et non plus qu’il parle. De là la nécessité de lui faire part du chemin à parcourir, de lui présenter des défis raisonnables, de lui donner une rétroaction constante qui met en lumière ses forces et aspects à améliorer afin de développer sa compétence à interagir au maximum de son potentiel.

C’est sur cette capacité à bien s’exprimer et à entretenir des relations harmonieuses avec les gens qui l’entourent que l’élève pourra bien se préparer à la vie professionnelle, s’intégrer et participer plus activement à la société québécoise.

 


[1] Voir contenu de formation p.168-171  Programme du 1er cycle , p. 34-37 Programme du 2e cycle du secondaire
[2] Voir contenu de formation p.173-176  Programme du 1er cycle , p. 42-49 Programme du 2e cycle du secondaire (Grammaire du texte et grammaire de la phrase)
[3] Voir contenu de formation p. 176  Programme du 1er cycle , p. 46 Programme du 2e cycle du secondaire

Cliquez pour accéder au programme de formation de l’école québécoise.

Tags: , ,