The LEARN Team’s Summertime Reads

IMG_9570

Editor’s note: This post was a labour of love for everyone on the LEARN team – and from a literacy perspective it’s always good to practice what you preach! 

With the 2014-2015 school year ALMOST a distant memory, the LEARN team wants to help you avoid that summertime brain drain that is bound to happen while you laze around swimming pools, beaches, lakes, porches, water parks and so on. Here are the summer book picks that we feel will help you stay mentally crisp, instead of fading away. Our criteria was simple: recommend a book you like!

 

kerrybook

The Physics of Superheroes
by James Kakalios

I found this treasure at a used book store last year, but haven’t had the time to read it yet! It highlights connections between comic books and physics, in particular where the authors got the physics RIGHT (I love it when the “science part of science fiction is accurate!). I’m hoping to include some of these connections in my physics classes next year.

-Kerry Cule, Online Teacher and Pedagogical Consultant

dorisbook

The Shack: Where Tragedy Confronts Eternity
by Wm. Paul Young

Life is full of challenges. It’s easy to be taken over by the negatives. For me, this book is helping me to hope and to focus on the positives in everyone and the relationships we have. Put a little love in your hearts people!

-Doris Kerec, Administrator – Financial Services

 

 

 

KT_book

The Happiness Advantage: The Seven Principles of Positive Psychology
That Fuel Success and Performance at Work
by Shawn Achor

Not a book filled with bumper-sticker platitudes, this is about science… neuroscience actually. Research proves that each one of us has the ability to shape and reshape the neural pathways in the brain. With practice, we can shift our mindset to the positive, which can profoundly affect our work and life. Well written and funny!

-Kristine Thibeault, Pedagogical Consultant

lgbook

Cooking for Geeks: Real Science, Great Hacks, And Good Food
by Jeff Potter

You’ll learn how to initialize your kitchen, calibrate your tools, play with hydrocolloids and the Maillard reaction… What’s not to love about this book?

-Louis-Gilles Lalonde, Programmer

 

 

susanbook

The Practice of Contemplative Photography: Seeing the World with Fresh Eyes
by Andy Karr and Michael Wood

I love going out with my camera. It stills the mind, makes me live in the moment. This book is full of ideas on how to learn to look: finding the beauty in the mundane and the unusual, hunting out textures and spaces, searching for simplicity…   And it is packed with photographs by many outstanding photographers illustrating the concepts. So I will slow down, read, and take time to focus this summer.

-Susan van Gelder, Pedagogical Consultant

Rosie_book

The Home by the Sea
by Santa Montefiore

This book tells the tale of a little girl (Floriana) abandoned by her mother and raised in abject poverty by her alcoholic father in Tuscany in 1966. This story is moving and mysterious, it’s about love and forgiveness… and I thoroughly enjoyed reading it.  The vivid descriptions of the Tuscan coast also kept me enraptured throughout.

-Rosie Himo, Administrative Assistant

paulbookUs Conductors
by Sean Michaels

For the pure pleasure of it I will be finishing Us Conductors by Sean Michaels, which I loved and just tore through in spring but then got sidetracked with all kinds of end-of-year commitments.  I crave books with simple yet rhythmic writing like Michaels’. So, not sure what I will find to follow it.  Any suggestions?

-Paul Rombough, Pedagogical Consultant

michael_book

Irrationally Yours
by Dan Ariely

Not cosmological. Not theological. Not existential. Not flippant. Not profound. Not poetic. Not prosaic. Not too long. Not too short. Not meditative. Not self-help. And NOT irrational.

-Michael Canuel, Chief Executive Officer

dianne_book

Joy, Inc.: How We Built a Workplace People Love
by Rich Sheridan

I take a moment every week to celebrate and tweet  #3HappyThingsAtWork.  One book I will read this summer tells the story of a company that created an intentionally joyful culture, with profitable results! In Joy, Inc., Rich Sheridan shares how he built a workplace people love – work in pairs, daily short stand-up meetings, no walls, work-life balance, and Viking helmets!

-Dianne Conrod, Principal – Online Learning

mathis_book

Le baiser mauve de Vava
par Dany Laferrière

« Maman, veux-tu un baiser mauve de Vava? »
Dany Laferrière a transporté mon fils dans un imaginaire où s’entremêlent la poésie, la maladie, la vie, la tristesse, l’espoir, l’amour, les papillons jaunes et les méchants hommes aux lunettes noires. Et surtout, le baiser mauve à la princesse endormie, Vava.

-Julie Paré, conseillère pédagogique

 

 

 

BW_book

Thinking, Fast and Slow
by Daniel Kahneman

Daniel Kahneman, a Nobel prize winning economist, delves into our biased misunderstandings of the world. He seeks to improve our ability to identify and understand errors of judgement and choice. I need the long summer days to explore this insightful trip into our thought processes.

-Bev White, Director of Special Projects

 

 

 

barbg_book

Double Cross: The True Story of the D-Day Spies
by Ben MacIntyre

The story of Britain’s MI-5 intelligence service’s Double Cross system whose elaborate deceptions duped the Nazis and convinced Hitler the Allies would land at Calais and Norway instead of Normandy. The success or failure of a series of elaborate plots and double-dealings turned on egos, personal tragedies, money, sexual behaviour and heroism.  Vintage photographs of these flamboyant agents, their British and German senior officers and the code-breaking Bletchley Park personnel are interspersed throughout the book. If you’re not a war story aficionado but find what makes people and projects tick fascinating, I recommend this as an intriguing summer read!

-Barbara Goode, Adult General Education and Vocational Training Initiatives

thomas_bookJaguars Ripped My Flesh
by Tim Cahill

How can you go wrong with a title like Jaguars Ripped My Flesh, by Tim Cahill? Pure adventure escapism. Short stories of travel from around the world.

-Thomas Stenzel, Pedagogical Consultant

peggy_book

The Passion Driven Classroom
by Angela Maiers and Amy Sandvold

#youmatter – these 2 words will alter your students’ confidence. These words will change their outlook on learning. I am a huge fan of Angela Maiers. Her message is powerful: make sure your students know that what they do is important! This summer, I want to read more about what she suggests to “cultivate a thriving and passionate community of learners”.

-Peggy Drolet, Online Teacher and Pedagogical Consultant

 

christine_book

 Reinventing organizations: A Guide to Creating Organizations
Inspired by the Next Stage of Human Consciousness
by Frederic Laloux

Frederic Laloux looks at organizational models over time from an evolutionary and historical perspective. He offers us the possibility of a new paradigm based on case stories of existing work places and conditions for creating or transforming organizations beyond current levels of consciousness. The author uses a colour palette of red, amber, orange, green and teal to code the models – how can you go wrong… ; )

-Christine Truesdale, Director of Pedagogical Services and Educational Technology

Photo on 2015-05-29 at 11.01 AM #3

Geek Dad: Awesomely Geeky Projects  and Activities for Dads and Kids to Share
by Ken Denmead

With a full nest of littles to entertain throughout the summer days, this sweet project book is exactly what is needed to get my kiddies outside, creating and inventing. Projects from making a board game, to creating a comic book, to building a binary calendar. When your kids say, “I’m bored,” you now have ammo!

– Chris Colley, Pedagogical Consultant

audrey_bookHe’s the Weird Teacher: And other things students whisper about me
by Doug Robertson

Doug is actually a Twitter friend of mine. He’s hilarious and deep, and apparently so is his book. He has written a second one also, which I may read if I like the first one. Taking all the creative energy he has to inspire his students, channeling it into a fun to read, meaningful guide to teaching.

-Audrey McLaren, Online Teacher and Pedagogical Consultant

 

 

 

Photo on 2015-05-29 at 11.41 AM #4An Astronaut’s Guide to Life on Earth
by Chris Hatfield

In An Astronaut’s Guide to Life on Earth Chris Hadfield talks about his early life and the events that led him to become an astronaut. He also talks about his training and his experience before, during and after his 144 days as commander of the International Space Station (ISS).

– Rob Costain, Pedagogical Consultant

 

mary_book

The Sense of Style: The Thinking Person’s Guide to
Writing in the 21st Century
by Steven Pinker

I’ve started reading this because I love Steven Pinker’s other books, I love his most recent animated TED talk, and I want to be prepped for his visit to Montreal on October 22. It promises to be deep (as a cognitive scientist he draws on neuroscience), witty, practical and fun.

-Mary Stewart, Managing Editor of LEARNing Landscapes

sylwia_book

Turning to One Another: Simple conversations to restore hope to the future
by Margaret J. Wheatley

“Sit down and be quiet. You are drunk, and this is the edge of the roof” – Rumi. An unexpected book from a well-known organizational and leadership practitioner, dappled with poetry and whimsy, while staying grounded in the conversations that make us human and draw us together.

-Sylwia Bielec, Pedagogical Consultant & Editor of the LEARN Blog

 

Les compétences transversales et les domaines généraux de formation : Les mort-nés du programme de formation de l’école québécoise ?

http://pixabay.com/en/school-lockers-hallway-high-school-417612/
CC0 Public domain – by elizabethaferry

Ce n’est pas sans raison que depuis bientôt 15 ans, le programme de formation de l’école québécoise semble toujours confortablement installé au centre d’une polémique. Certains lui sont favorables alors que plusieurs lui sont farouchement opposés. En effet, la “réforme” en éducation de 2001, que l’on devrait pourtant appeler “renouveau pédagogique” depuis déjà plusieurs années, constitue un éternel incompris; incompris de la société en général mais plus particulièrement des élèves, des parents et même de plusieurs enseignants. On ne peut s’attendre à ce que la réussite du programme de formation soit complète si celui-ci n’est implanté qu’en partie. Ainsi, toutes les composantes du programme doivent se conjuguer afin d’en permettre le plein potentiel. Parmi les divers éléments de cet ambitieux programme, il en figure deux qui, pourtant dignes d’intérêt, se retrouvent à toute fin pratique absentes de la pédagogie au quotidien : les domaines généraux de formation ainsi que les compétences transversales. Ici se joue une véritable tragédie: ces deux éléments ont vu le jour certes mais sans être entretenus, nourris ou protégés. Sans dire un mot, nous avons en quelque sorte assisté à la mort prématurée de nourrissons “pédagogiques” à qui l’on avait pourtant bel et bien donné vie. Mais pourquoi s’intéresser à eux?

 

L’IMPLICITE ET L’EXPLICITE

Le programme de formation rend explicite ce que nous vivons de façon naturelle et implicite. Ainsi, tôt ou tard et cela naturellement, nous faisons tous appel à ce que le programme a nommé « compétences transversales » et nous évoluons au sein d’une société imprégnée des thèmes reflétés par ce que le programme a intitulé « domaines généraux de formation ».  Le fait de nommer une chose cependant lui donne vie. En rendant explicite l’implicite, une attention toute particulière est portée à ce qui nous intéresse. En conscientisant explicitement les élèves quant à la nature et l’apport des compétences transversales et des domaines généraux de formation, ces derniers sont en mesure d’avoir un impact considérable sur leur apprentissage.

 

LES COMPÉTENCES TRANSVERSALES ET LEUR UTILITÉ

Screen Shot 2015-05-06 at 10.53.10 AMLe programme de formation de l’école québécoise s’articule autour de compétences disciplinaires précises tout en se reposant sur des connaissances spécifiques à acquérir. Le but: fournir à l’élève toutes les munitions nécessaires à son développement en tant qu’individu. Cependant, les compétences disciplinaires traditionnelles (Sciences, Langues, Mathématiques, etc.) ne sont pas suffisantes. Qu’en est-il des habiletés sociales essentielles au bon fonctionnement de tout individu telles que la socialisation, la communication et la collaboration? Celles-ci également jouent un rôle crucial dans l’épanouissement de tout être humain. Voilà où entrent en jeu des compétences qui ne se rattachent pas spécifiquement à un domaine disciplinaire; ces compétences revêtent un caractère générique. Elles traversent la barrière des disciplines d’où la raison de leur appellation “compétences transversales”. Le programme de formation de l’école québécoise en a identifié neuf, elles-mêmes catégorisées en 4 sections.

compétences transversales

Depuis l’implantation du renouveau pédagogique québécois au début des années 2000, il y a eu une sur-utilisation de l’expression “compétence transversale”. Celle-ci en a beaucoup souffert, tant et si bien que l’emploi de cette expression a été pervertie, ridiculisée, voire abandonnée. La valeur de ces compétences est néanmoins certaine, non négligeable et même souhaitable. Comme mentionné précédemment, le développement des compétences transversales peut favoriser l’épanouissement des élèves, non pas seulement dans un contexte scolaire mais également dans un contexte général de vie.

Nous parlons de plus en plus d’habiletés ou de compétences du 21ème siècle et cela même si certains experts affirment que ces compétences existent depuis aussi longtemps que l’époque de Platon (Rotherham & Willingham, 2010)  D’autre part, plusieurs pédagogues se sont familiarisés avec les 4 “C” (Critical thinking, Communication, Collaboration, Creativity) mis en évidence par l’organisme américain Partnership for 21st Century Skills. En réalité, plusieurs listes ont été dressées dans le but d’indiquer la teneur de ces habiletés. La plupart de ces listes se subdivisent en sous-catégories dont la nomenclature diffère selon la source. Voici une grossière vulgarisation des éléments communs à ces différentes listes (sans sous-catégorisation):

  • pensée critique et la résolution de problèmes
  • créativité
  • communication orale
  • communication écrite
  • collaboration
  • application de la technologie de l’information
  • leadership
  • éthique de travail
  • reponsabilité sociale
  • littéracie numérique et éducation aux médias

Cette liste ne s’apparente-t-elle pas à celle des compétences transversales pourtant précisées dans le programme de formation de l’école québécoise depuis 2001?

compétences 21 siecle

En comprenant réellement ce qu’elles sont et ce qu’elles représentent, peut-on vraiment s’opposer aux compétences transversales?

 

LES DOMAINES GÉNÉRAUX DE FORMATION ET LEUR UTILITÉ

Les DGF sont d’une grande utilité. “Pourquoi il faut apprendre ça?” Il n’y pas un enseignant qui n’ait eu l’honneur d’entendre cette phrase provenant d’un élève désillusionné quant aux vertus de l’éducation. Cette question agace la plupart des enseignants, car ces derniers peuvent avoir l’impression qu’elle provient d’un enfant pourri-gâté. Mais réfléchissons-y un instant. Les enseignants se posent-ils toujours la question “pourquoi faut-il que mes élèves apprennent ça?” Parce que “ça”, on l’a toujours enseigné?

Bien que l’instruction et l’apprentissage constituent la vocation principale de l’école, ceux-ci sont loin d’être ce qu’il y a de plus important pour les jeunes qui la fréquentent, particulièrement pour les adolescents. L’éducation est comme un arbre balloté par un vent caractérisé par un tas de facteurs qui se bousculent pour occuper la plus grande place dans la vie estudiantine de nos jeunes: vieilles habitudes académiques, découverte de soi et des autres, détermination ou indifférence quant à la réussite scolaire, camaraderie et intimidation, activités parascolaires, pulsions sexuelles, fierté et honte, liesse et désespoir.  Parmi tous ces facteurs, l’apprentissage n’en est qu’un parmi tant d’autres! Cet arbre se doit d’avoir des racines robustes et profondes, car l’apprentissage lui-même pourrait “partir au vent”.  Ces racines, ce sont nos DGF (domaines généraux de formation). Ceux-ci, avec un bon usage, ancrent l’apprentissage dans un tout logique et significatif.

Les domaines généraux de formation se composent de thèmes représentant des préoccupations et enjeux importants de notre société. Les élèves doivent être particulièrement interpelés par ceux-ci, car ils sont appelés à être des membres actifs de cette dernière. Le programme éducatif québécois identifie cinq DGF qui s’articulent autour d’axes de développement spécifiques.

DGF

 

COMPÉTENCES TRANSVERSALES ET DGF AU QUOTIDIEN…

Au jour le jour, le rapport qu’entretient le monde de l’éducation québécois avec les compétences transversales et les domaines généraux de formation est ambigu.

Officiellement, deux compétences transversales par année. Plusieurs enseignants se fient alors à leur mémoire pour déterminer à quelle compétence ils ont touchée et avec quelle efficacité chaque élève s’y est adonné. Certaines écoles décident unanimement des deux compétences à évaluer. Cependant, il existe une grande différence entre “toucher à une compétence” et “travailler au développement d’une compétence”. On peut aisément identifier des compétences sollicitées par toute situation d’apprentissage après que celle-ci ait eu lieu. Cette action n’a aucune valeur pédagogique, car elle ne profite en rien à l’apprenant. Travailler au développement d’une compétence est cependant un geste prémédité et réfléchi. L’enseignant identifie à l’avance et explicite quelle compétence sera travaillée. Il en parle à ses élèves et ceux-ci, dans le feu de l’action, demeurent conscient du fait qu’ils doivent accomplir la tâche qui leur est dévolue tout en travaillant au développement de compétence ciblée. Dès lors, l’évaluation de ces compétences, lorsque vient le temps du bulletin, sera d’une bien plus grande valeur.

Quant aux domaines généraux de formation, force est de constater qu’ils ne semblent avoir jamais réellement pris vie. Ils sont là, tout le monde en entend parler mais les enseignants mettent très peu d’accent sur ces derniers au quotidien. Pire encore, plusieurs ne savent pas les identifier et encore moins expliquer ce que le programme de formation en dit.

 

LA RÉACTION DU MEESR

Les pédagogues travaillant au MEESR (Ministère de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche) font montre d’une grande compétence pédagogique et encouragent souvent les enseignants à bien utiliser les compétences transversales et les domaines généraux de formation. Lorsqu’ils guident des enseignants dans la rédaction de documents pédagogiques, ils s’assurent que ces derniers en tiennent compte. Lorsqu’ils créent ou approuvent des SAÉ (situations d’apprentissage et d’évaluation), ils montrent l’exemple en identifiant clairement les DGF et les compétences transversales ciblés par les diverses tâches qui composent la situation d’évaluation.

Cependant, force est de constater que le MEESR a aussi adopté un comportement ambigü quant à la promotion de ces deux sphères du programme. En effet, alors qu’il existe bel et bien 9 compétences transversales, le MELS invitent les enseignants, depuis l’automne 2010, à n’en évaluer que deux sur une possibilité de quatre (par évaluation, on n’entend pas ici accorder une note mais bien d’officiellement préciser lesquelles ont été travaillées…ou plutôt touchées). Ceci a malheureusement créé une confusion chez plusieurs enseignants, qui croient qu’il “n’existe plus que quatre compétences transversales” depuis. Ceci n’a aucun sens. En effet, pourquoi travailler à ce que nos élèves deviennent des individus complets…à moitié?

La même année, le MEESR modifie l’appellation des compétences transversales au profit de “certaines compétences” comme s’il en avait désormais honte. Était-ce une réponse directe à la grogne populaire de la société qui de toute évidence n’en voyait ni l’utilité ni la portée? Peu importe la réponse, le fait demeure que ces circonstances pour le moins désolantes ont eu pour effet de créer un climat peu favorable à la bonne exploitation de ces deux composantes du programme.

 

POURQUOI ET COMMENT REMÉDIER À CETTE SITUATION

Comme il a été précisé plus tôt, faire un usage des DGF ancrera l’enseignement dans une réalité plus signifiante tandis qu’exploiter les compétences transversales fera de nos élèves des jeunes mieux équipés pour “la vraie vie”. Enfin, ces deux éléments du programme sont essentiels à l’atteinte de ses visées pédagogiques.

Nous parlons depuis longtemps de l’importance d’engager nos élèves dans des situations pédagogiques authentiques et signifiantes. Si c’est bel et bien le cas, les enseignants peuvent s’assurer de faire constamment et explicitement référence au DGF touchés. Ils peuvent le faire à de nombreux moments: lorsqu’ils présentent la situation d’apprentissage, lorsqu’ils font des retours sur celle-ci pour évaluer de façon formative là où en sont rendus les jeunes, lors de la présentation du produit final et lorsqu’ils incitent au réinvestissement de ce qui a été appris. Alors l’élève n’aura plus constamment à se demander pourquoi il doit apprendre ceci ou cela, car il en comprendra l’importance. Quant aux compétences transversales, un enseignant peut prendre l’habitude de distribuer avant chaque tâche une grille critériée détaillant les parties essentielles d’une compétence transversale. S’il choisit de mettre l’emphase sur une compétence spécifique, il peut le faire en demandant à ses élèves de remplir la même grille plusieurs fois mais à des moments différents. Pour chaque tâche à accomplir, l’élève doit ici savoir deux choses: quel est le but de la tâche et quelle est la compétence transversale à travailler ce faisant.

Voici deux exemples de documents (DGF expliqués simplement, évaluation d’une compétence transversale) qui peuvent être utilisés en classe.

 

LE FUTUR DE NOS ÉLÈVES

L’image de l’éducation au Québec n’est guère reluisante et cela depuis plusieurs années.  La “réforme” est critiquée de tous bords tous côtés.  La “réforme” a-t-elle réellement eu lieu?   Si nous passions toute une journée dans une salle de classe du secondaire, pourrions-nous vraiment dire que les pratiques pédagogiques ont fondamentalement changé depuis les quatorze dernières années?

Il est clair qu’un manque de cohérence, de cohésion et de rigueur ébranlent le fondement académique des jeunes québécois. La communauté de pédagogues se doit de faire mieux quant à ce qui relève de ses prérogatives. Le respect du programme de formation dans son intégralité fait partie de cela et en son sein figurent deux axes essentiels qu’il ne faut plus ignorer: les DGF et les compétences transversales. Le programme en soi est d’une grande qualité mais son plein potentiel est loin d’avoir été exploité. C’est comme perdre une partie de cartes en ayant en mains les deux “Jokers” d’un jeu dont celles-ci sont les plus fortes.

Les domaines généraux de formation et les compétences transversales: est-il réellement trop tard? Sont-ils réellement morts après avoir à peine vu le jour? Serait-il possible de leur insuffler un second souffle et constater ce que leur présence pourrait amener? Il n’y a aucun progrès possible dans le statu-quo! Pourquoi donc ne donc pas essayer différemment, car après tout, il en va du futur de nos élèves.

Beyond the Textbook: The Math Dip

people-316506

 

photo credit: http://pixabay.com/en/people-child-school-genius-316506/ CC0

“I’m horrible in math, I’ll never use this in my life, what’s the point in trying, I suck at it, it makes no sense to me, I’ll never been good at math, this textbook is boring.” If you’ve overheard statements similar to these when it comes to learning mathematics in school, you are not in the minority. In fact, Canada’s international ranking in math scores reflects these disenchanted sentiments, consistently dipping over the past seven years, recently placing 13th among 65 countries in the Organization for Economic Co-operation and Development’s Program for International Student Assessment, or PISA. Prompting John Manley, president of the Canadian Council of Chief Executives to state we’re “on the scale of a national emergency.” The reason for concern stems from the fact that since 2006 we are in a downward spiral in math success rates across Canada, and our highest achieving students are becoming fewer and far between. All of which comes at a massive cost to our society as illustrated in the infographic below.

Math Dip

With emergence of new math strategies and programs popping up across the country to address this math dip, one fact that is undeniable, students’ early numeracy skills are not propelling them into higher-order mathematical problem solving. In fact, students are “checking out” of math earlier in school because they just don’t see the relevance; they really can’t see the forest for the trees. University of Wisconsin Professor of Mathematics, Jordan Ellenberg explains in his newest book, How Not to Be Wrong: The Power of Mathematical Thinking, that math needs to be rejuvenated as a “hobby.” Urging educators to release math from blackboards and textbooks and classrooms, because if we fail to, “it would be like nobody played the guitar around a campfire just because they weren’t a professional musician.”

As in many subjects in school, mathematics is sequential, concepts add onto one another as the student advance in their education. Early numeracy and literacy skills are fundamental in this progress, without deep understanding of essential numerical concepts and solid literacy skills, math knowledge is being built on a house of cards. John Mighton, founder of the charity JUMP Math, research on math and anxiety indicates, “when children decide they aren’t talented in math, their brains work less efficiently: they stop paying attention, taking risks and persevering in the face of difficulty, and they often develop anxieties or behavioural problems.” Many experts point their fingers at the textbooks teachers have to work with for creating this complacency towards math, Alon Amit, co-founder at Origami Logic agrees, “textbooks are horrendous. They are massive, confusing, uninspiring, incredibly inefficient, and stupefyingly boring.” Furthermore, expert math teacher Dan Meyer, reported during a recent TED talk, “learning from current math textbooks is the equivalent of watching hours of “Two and a Half Men”: meaningless… students are taught to solve formulaic solutions to formulaic problems without any real-world context.”

In Math class needs a makeover, Dan Meyer points out that “Today’s math curriculum is teaching students to expect — and excel at — paint-by-numbers classwork, robbing kids of a skill more important than solving problems: formulating them.”

So, is it time to wipe the blackboard clean? To shred the textbooks?? To professionally develop math teachers till the cows come home??? Cancel math class altogether????

There is no denying numeracy is fundamental in life. Without it, how do we tip at a restaurant, order the right amount of roofing tiles to repair a leaky roof, cost a car purchase, double a cake recipe, plan a budget for a summer vacation, build a garden? We can’t! (Some would argue that these things can be done with a smartphone, but stay with me – my point is that we shouldn’t need smartphones to do these things, like we shouldn’t need to use our phones to compose an email for us, or write poetry or convince someone of our point of view).

Leading math educators tend to agree that a change is urgently needed in how we teach mathematics in schools, supported by a growing body of research in cognitive science suggesting students need a perfect union of teaching the basic facts, like the times tables, with much more formative assessments, discovery learning, teacher coaching and of course relevant practice. The biggest change must come in the delivery of the content, it has to be engaging and fun, after all, students love solving puzzles, seeing patterns and making connections. But where does that childhood exuberance go? Their sense of wonder is only diminished by failure. If we can create a climate of fun, discovery, excitement, continuous feedback and support we can change the course of “what will I ever use this for,” to “I love math, it’s my favourite subject ever!”

Numeracy in Canada Map

 

This interactive map provides an in-depth look at more than 52,000 numeracy profiles across Canada. These profiles were created by combining demographic information from the 2006 Census with numeracy scores from the 2003 IALLSS, which was conducted by Statistics Canada and the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD).

In my next post in the Beyond the Textbook series, I will delve into the various effective and practical strategies for teaching mathematics. Meanwhile, what are some of your strategies for making math relevant and improving your students’ numeracy skills?

 

***

OECD (2015), Mathematics performance (PISA) (indicator). doi: 10.1787/04711c74-en (Accessed on 11 May 2015)

Mighton, J. (2013, December 8). Canada needs a revolution in math education. Retrieved May 14, 2015, from http://www.thestar.com/opinion/commentary/2013/12/08/canada_needs_a_revolution_in_math_education.html

Skehill, K. (2013, November 1). Making Sense of Math | Changing perspectives on math through experiential learning. Retrieved May 14, 2015, from http://www.cea-ace.ca/education-canada/article/making-sense-math